Le 02 janvier 2020

Cet article est une traduction d’un article originellement écrit en anglais sur le blog de key-notes.com. À la base, une question d’un lecteur, et la réponse d’Albert, le blogueur pianiste, qui donne des conseils très utiles sur la façon de travailler et de jouer en octaves, à la main gauche comme à la main droite.

Question : J'ai des problèmes pour jouer rapidement les octaves à la fin du troisième mouvement de la Sonate de Schubert en la mineur D. 784 (Op. 143). Avez-vous des conseils sur la façon de m’entrainer sur ces enchaînements rapides d’octaves pour atteindre le tempo rapide (mon objectif est d’environ 138) ? Merci d'avance pour votre réponse.

Ces octaves sont mortelles! J'aurais aimé que Schubert fut plus gentil avec les pianistes et ait réécrit le passage. (Si je me souviens bien, il l'a fait dans la mesure 15 du fantasme Wanderer, dans lequel la gamme chromatique était à l'origine en octaves.)

L'important dans les octaves est qu'elles servent un objectif musical. Personnellement, je ne suis pas tout à fait puritain en ce qui concerne le seul but de la technique, toujours de servir l’art, puisque, admettons-le, certains compositeurs ont réellement écrit certains passages plus pour plaire au public que pour servir un objectif musical plus élevé. Les compositeurs intègrent des exploits de virtuosité dans leur musique, et ceux-ci doivent être accomplis avec facilité et beauté.

Je ne crois pas que Schubert ait jamais mis l’affichage technique au-dessus de l’expression artistique. Liszt l'a fait de façon célèbre, mais dans sa plus grande musique telle que la Sonate en si mineur, montrer à quel point les octaves peuvent être jouées rapidement, me semble toujours dégoûtant et inadapté à la musique, aussi brillante soit-elle.

Ceci dit, la coda de la Sonate en si mineur, D. 784 de Schubert est l’un de ces endroits où nous devons servir la musique et ralentir sensiblement nuirait à l’intention musicale.

Les Octaves chez Schubert

Voici quelques conseils pour résoudre ce passage et pour jouer des octaves rapides en général. Premièrement, votre coude doit être exempt de toute tension et fonctionner indépendamment du poignet.

Ensuite, formez votre main de sorte que le pouce et le cinquième doigt soient pliés l'un vers l'autre. Dans les passages tout en touches blanches, gardez votre main à l’extérieur des touches (c’est-à-dire le point le plus proche du clavier sur votre corps, à l’écart des touches noires). Visez les bords intérieurs des touches: pour l'octave A dans la main droite, le pouce doit être proche de B et le cinquième doigt près de sol.

Puisque le passage de la main gauche a des touches noires, gardez la main près des touches noires lorsque vous jouez les touches blanches. Utilisez 4 pour les touches noires, à l’exception des F-Sharp sur les temps forts, car il ya un changement de direction. Ainsi, doigt le passage de gauche commençant par E 5 4 4 5 4 5 5.

L'avant-bras doit être au niveau ou légèrement inférieur au niveau des touches blanches, pas plus haut. La main est une extension de l'avant-bras et donc au même niveau que l'avant-bras. Le poignet ne doit pas être haut ou bas.

Il s’agit d’octaves de poignet et non d’octaves d’avant-bras. L’avant-bras ne doit donc bouger que latéralement. Tout en jouant avec une main, placez les doigts 2 et 3 de l’autre sous votre poignet. Les tendons ne devraient pas se contracter du tout. S'ils le font, vous essayez de jouer trop vite et trop vite.

Faites rebondir les touches: réfléchissez bien, comme si le clavier était un poêle chaud. Le poignet descendra uniquement de la gravité. Rebondir d'une octave à l'autre.

Pratiquez le piano à pianissimo uniquement pour libérer le poignet et l’avant-bras de toute tension inutile.

Exercez-vous sur les groupes de trois notes en vous posant sur la quatrième note de chaque motif. Ainsi, dans la main droite, vous pratiquerez A B C B, en vous reposant sur le B (jouez-le en quart de note), puis en répétant le motif. Ensuite, entraînez-vous aux groupes de quatre notes: B C D E dans la main droite et si dièse en fa dièse A B dans la gauche. Ajoutez une note précédente à la fois. Pratique lentement. C’est un passage dans lequel la pratique du métronome a un sens. Réglez-le sur un tempo relativement lent et respectez-le ou moins pour toute la séance d’entraînement. Vous ne pouvez et ne devez pas forcer le tempo, car cette stratégie ne fera que se retourner contre vous et vous ne pourrez jamais atteindre une grande vitesse avec un son magnifique. Ne jouez qu’aux tempos dans lesquels vos tendons de l’avant-bras, sous le poignet, sont parfaitement exempts de tension. Utilisez les doigts de la main opposée pour vérifier votre pratique. Pour comprendre la tension à laquelle je fais référence, placez vos doigts sur une table et appuyez dessus. Avec les doigts de votre autre main qui touchent le poignet qui s’abaisse, vous sentirez immédiatement les tendons devenir très tendus. C’est ce que vous devez éviter pendant la pratique si vous voulez obtenir des octaves rapides. C’est ainsi que j’ai résolu les deux tristement célèbres passages d’octaves de Schubert dans Fantasy «Wanderer» et surtout «Erlking».