Le 13 avril 2020

Rien que le nom est célèbre : Clair de Lune. Ça ferait presque penser à Au clair de la lune. Alors non, ce n'est pas Au clair de la lune, mais je crois que vous le savez. Par contre, on peut se dire : C'est Beethoven, c'est peut-être un peu comme La lettre à Elise, dont nous avez déjà parlé dans un précédent article. Eh bien, rentrons dans le détail :

Un début encourageant

C'est vrai que ça commence pépère. Des triolets de croches, sur un tempo lent, une basse facile. Si celle-ci n'était pas en octave et s'il n'y avait pas 4 dièses à la clef, on pourrait presque penser à un morceau de première année.

Clair de lune de Beethoven 1

Et dans la foulée, voici de deuxième système. Que voyez-vous, entouré en rouge ?

Clair de lune de Beethoven 2

Le thème !! C'est le thème qui rentre. Regardez mieux. Le niveau de la pièce vient de doubler en un instant. Il n'y a plus deux voix (une par main) dans ce morceau, mais trois ! C'est tout de même autre chose, vous ne trouvez pas ? D'autant que celui-ci est binaire par dessus un accompagnement ternaire, pour ne rien arranger.

Et si vous pensiez que 4 dièses à la clef, ça va... attendez de voir arriver les la#, les mi#, les si# et enfin les fa double dièse. Ah, il faut aimer les dièses, car on en a jusqu'à huit dans le système suivant :

Clair de lune de Beethoven 3

Alors en conclusion ? Quel niveau pour jouer ce mouvement de sonate (pas la sonate en entier) ? Eh bien un bon niveau, un bon niveau de quatrième de piano, en espérant pas de débarasser du morceau en 15 jours. La lecture étant peu aisée, il sera très utile de faire marcher sa mémoire, ce qui, ça aussi, prend du temps.

Réagissez à cet article

Nom ou pseudo :


Adresse Email (facultatif) :


Anti-spam. Combien font Opération